De la médecine du travail aux services de santé au travail : l’enjeu de la pluridisciplinarité

Au premier juillet 2012, la loi sur la réforme de la médecine du travail entrera en vigueur. Celle-ci a pour objectif général d’élargir le champ de la médecine du travail au champ de la santé au travail.

Un des points importants de cette réforme est la modification de l’organisation des services de santé au travail (STT) dont la mission est d’éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail. À cette fin, les services de santé au travail seront chargés de :

  •  Conduire les actions de santé au travail, pour préserver la santé physique et mentale des salariés ;
  • Conseiller les employeurs, les travailleurs et leurs représentants sur les dispositions et mesures nécessaires afin d’éviter ou de diminuer les risques professionnels, d’améliorer les conditions de travail, de prévenir la consommation d’alcool et de drogue sur le lieu de travail, de prévenir ou de réduire la pénibilité au travail et la désinsertion professionnelle et de contribuer au maintien dans l’emploi des travailleurs ;
  • Assurer la surveillance de l’état de santé des travailleurs ;
  • Participer au suivi et contribuer à la traçabilité des expositions professionnelles et à la veille sanitaire.

Une des nouveautés de la réforme est l’introduction de la pluridisciplinarité. En effet, pour mener ces actions, les STT s’appuieront sur une équipe pluridisciplinaire, pilotée par le médecin du travail. Celle-ci sera composée :

  • D’intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP), qui disposent de compétences techniques ou organisationnelles en matière de santé et de sécurité au travail ;
  • D’infirmiers du travail ;
  • D’un assistant administratif,
  • De professionnels de la santé recrutés sur l’avis du médecin du travail (les professions pouvant être exercées par ces professionnels ne sont pas spécifiées dans la loi).

La réforme concernera aussi les employeurs. Un ou plusieurs salariés, compétents pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels, devront être désignés par l’employeur au sein de chaque entreprise, au plus tard le 1er juin 2012. Ces salariés bénéficieront, à leur demande, d’une formation en matière de santé au travail. À défaut de compétences en interne, l’employeur aura la possibilité de faire appel :

  • aux intervenants en prévention des risques professionnels du service de santé interentreprises auxquelles il adhère,
  •  à un organisme professionnel habilité IPRP
  • aux services de prévention des caisses de Sécurité sociale,
  • à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact).

Des décrets sont à paraître en juin concernant la formation dont pourront bénéficier les salariés désignés par l’employeur. Un blanc dans les textes reste également à combler à propos des professionnels dont pourra s’entourer le médecin du travail dans son équipe pluridisciplinaire. L’interprétation de la notion de pluridisciplinarité peut conduire aussi bien à des équipes de santé au travail orientées principalement vers la réparation et le soutien aux salariés qu’à des équipes tournées vers une prévention à la source et incluant notamment une analyse de l’organisation du travail. A cet égard, le choix des disciplines et, à l’intérieur des disciplines, des méthodes d’intervention, apparaît comme un enjeu important.

 

 

 

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans Nous connaître. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.

Actu

L’appropriation des expertises par les représentants du personnel

En juillet de cette année, la doctorante qui, pendant 3 ans,  a fait partie de notre équipe, a soutenu sa thèse à Aix-Marseille Université sur les modalités de l'appropriation des expetises par les représentants du personnel. 

lire l'article
Une étude sur la fraude dans les transports

AVRIL 2016, pour la Direction des services de transport du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, nous avons restitué une étude sur le phénomène de la fraude dans les transports collectifs terrestres 

lire l'article
Impacts des projets de réorganisation sur la santé et les conditions de travail

En juin 2016 se sont achevées deux missions pour les personnels de la maintenance de l'infrastructure ferroviaire portant sur les impacts pour la santé d'une réorganisation du travail. 

lire l'article